talus

talus

1. talus [ taly ] n. m.
• 1573; tallut 1467; talu « étançon » 1156; lat. talutium, du gaul. °talo « front »
1Vx ou techn. Pente, inclinaison. « Les pylônes [égyptiens] aux angles en talus » (Gautier). Tailler en talus, en biseau, obliquement.
2(1467) Terrain à forte pente. Le double talus d'un ravin.
Géogr. Terrain en pente modérée. Escarpements et talus. Talus d'éboulis. Talus continental : forte pente entre les fonds pélagiques et le plateau continental.
3Terrain en pente très inclinée, aménagé par des travaux de terrassement. Talus de déblai, qui borde une excavation. Talus de remblai, fait de terre rapportée et qui s'élève au-dessus du sol. Les talus qui bordent un chemin, les côtés d'une voie de chemin de fer. Talus herbeux, gazonné. Talus protégeant les cultures. ados.
Ouvrage de fortifications. Talus avancé. 1. glacis. « Gardes nationaux tués sur le talus de la redoute » (Hugo).
talus 2. talus [ talys ] adj. m.
• 1872; mot lat.
Pathol. Pied talus : pied bot dont le seul point d'appui est le talon, le reste du pied remontant vers la jambe.

talus nom masculin (gaulois talūtum, pente, de talo, front) Surface de terrain en pente, créée par des travaux de terrassement latéralement à une plate-forme (de route, de voie ferrée, etc.) ou résultant de l'équilibre naturel d'une zone déclive. Terrain, partie du sol en forte pente. Face d'un mur à fruit accentué. ● talus (difficultés) nom masculin (gaulois talūtum, pente, de talo, front) Orthographe et prononciation Avec un s final non prononcé (comme dans abus). Remarque La finale -s a longtemps été incertaine et, au XVIIIe siècle, on écrivait talut, talus ou talud. Talut, comme le note Littré, est plus proche de l'étymologie (latin talutium, d'origine gauloise) et du dérivé taluter, « mettre, construire en talus ». La forme talus a subi l'influence du latin talus, talon, qu'on retrouve dans l'adjectif masculin qualifiant un pied bot dont le talon est le seul point d'appui : pied talus. ● talus (expressions) nom masculin (gaulois talūtum, pente, de talo, front) Talus d'éboulis, accumulation d'éboulis au pied d'une corniche. Talus d'une lettre, partie non imprimante située en pied et en tête d'un caractère typographique. Talus de rempart, plan incliné qui détermine le profil du rempart d'un ouvrage fortifié. ● talus nom masculin (latin talus, talon) En anatomie, synonyme rare de talon. ● talus adjectif invariable Pied talus, attitude anormale du pied, qui forme avec la jambe un angle aigu et qu'on ne peut ramener à angle droit. ● talus (synonymes) nom masculin (latin talus, talon)
Synonymes :
talus (expressions) adjectif invariable Pied talus, attitude anormale du pied, qui forme avec la jambe un angle aigu et qu'on ne peut ramener à angle droit.

talus
n. m.
d1./d Terrain en pente formant le côté d'une terrasse, le bord d'un fossé, etc.
|| GEOGR Talus continental: brusque rupture de pente, qui interrompt du côté du large la partie sous-marine de la plate-forme continentale.
d2./d TECH Inclinaison, pente donnée à des élévations de terre, à des constructions verticales pour qu'elles soient soutenues. Talus d'une muraille.

⇒TALUS, subst. masc.
A. — 1. Vieilli. Pente, inclinaison que l'on donne à un terrain ou à la surface verticale d'un mur. Talus d'une pyramide. Le talus ou le fruit [est] l'angle d'inclinaison qu'il convient de donner aux parois [d'une exploitation à ciel ouvert] (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 421).
En partic. Pente (d'une montagne). Leur talus [aux montagnes primitives de granit ou de schiste] est si rapide, qu'après les deux ou trois cents premières toises, les bouquetins ne pourraient les gravir (Voy. La Pérouse, t. 2, 1797, p. 191). Talus naturel. Inclinaison que prend une masse de terre meuble abandonnée à elle-même. Des terres rapportées sans cohésion qui se disposent suivant leur talus naturel (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 20).
Loc. En talus. À l'oblique, selon une certaine inclinaison. Qui donc auroit mis à l'équerre et le niveau dans l'œil de cet animal [le castor] qui sait bâtir une digue en talus du côté des eaux, et perpendiculaire sur le flanc opposé! (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 168). Couper, tailler en talus. Couper en biseau. Couper une planche en talus (BOUILLET 1859).
2. P. méton. Terrain, partie du sol en pente. Le double talus d'un ravin. Les talus gazonnés qui descendaient dans le ravin étaient semés de jonquilles, de violettes et de rosiers nains (FEUILLET, J. de Trécœur, 1872, p. 156). Les exercices d'escalade (...) allant du grimper le long d'un talus plus ou moins abrupt, jusqu'à l'escalade de parois plus ou moins verticales (R. VUILLEMIN, Éduc. phys., 1941, p. 47).
GÉOMORPHOL. Talus d'éboulis. Accumulation de débris provenant de roches désagrégées (le plus souvent par le gel). Les escarpements calcaires qui forment corniches au-dessus des talus d'éboulis (VIDAL DE LA BL., Tabl. géogr. Fr., 1908, p. 340). Talus continental. Versant raccordant le rebord de la plate-forme continentale (0-200 m) aux grandes profondeurs de la mer (au-delà de 1 000 m). On a tenté aussi de pêcher plus profondément, c'est-à-dire d'exploiter les stocks de poissons existant sur la partie supérieure du talus continental jusque vers 600-800 m (J.-M. PÉRÈS, Vie océan, 1966, p. 173).
3. Partie du sol ou terrain aménagé en pente par des travaux de terrassement. Talus d'une route, d'une voie ferrée, d'un canal; talus intérieur, extérieur (d'une digue); talus d'une tranchée; talus herbeux. On nous a pris avec quelques autres pour relever un talus qui s'éboulait, sur la ligne [de chemin de fer] de Paris au Havre (GIDE, Feuillets d'automne, 1949, p. 1096). La vitesse de l'eau dans les canaux, s'ils ne sont pas revêtus, ne doit pas dépasser une vitesse critique au delà de laquelle on risquerait de provoquer l'entraînement des matériaux qui tapissent le lit et les talus du canal (THALLER, Houille blanche, 1952, p. 55). V. fossé ex. 1.
Talus de déblai. Talus élevé à partir de terre provenant d'une excavation (fossé, route). Talus de remblai. Talus fait de terre rapportée (voie ferrée, canal en surplomb). Les talus sont les surfaces qui raccordent les bords de la route avec le terrain naturel. Il y a donc lieu de distinguer les talus de déblai creusés dans le terrain naturel et les talus de remblai qui sont dressés avec les terres rapportées (BOURDE, Trav. publ., 1929, p. 19).
FORTIF. Talus de banquette. ,,Plan incliné qui raccorde le terre-plein de l'ouvrage à la banquette`` (Lar. Lang. fr.). Talus de rempart. ,,Plan incliné qui détermine le profil du rempart d'un ouvrage fortifié`` (Lar. Lang. fr.).
B. — IMPR., TYPOGR. Talus d'une lettre. Espace existant sur la surface d'œil, entre la partie supérieure de l'œil et le bord supérieur du caractère (talus de tête) ou entre la partie inférieure de l'œil et le bord inférieur du caractère (talus de pied) (d'apr. Impr. 1977). Selon la lettre, les talus sont d'une valeur différente. Les plus importants sont ceux des lettres courtes (a, c, e), les plus réduits sont les talus de tête des longues du haut et les talus de pied des longues du bas (Impr. 1977).
PHOTOGRAV., TYPOGR. ,,Flanc des parties en relief`` (Impr. 1977).
Prononc. et Orth.:[taly]. Ac. 1694, 1718 talut, -lus, 1740 talus, -lut, dep. 1762 -lus. Étymol. et Hist. 1. Ca 1150 plur. taluz « étançons, supports en bois » (Thèbes, éd. G. Raynaud de Lage, 7751), seulement dans ce texte; 2. 1467-68 « terrain en pente qui forme le bord d'un fossé... » (Compte des fortificat., 1re Somme de mises, A. Tournai ds GDF. Compl.); 3. 1910 impr. (Lar. pour tous: Talus. Relief des caractères d'imprimerie). Prob. du gaul. talutum « versant, côte » (cf. talutium n. donné en Espagne, selon Pline l'Ancien, par les chercheurs d'or, à un talus herbeux sous lequel se trouve une mine d'or à peu de profondeur, v. OLD), dér. du gaul. talos « front » (cf. bret. tâl « front »), v. FEW t. 13, 1, p. 68. Fréq. abs. littér.:725. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 239, b) 1 079; XXe s.: a) 1 533, b) 1 378.
DÉR. Taluter, verbe trans., vieilli. a) Donner du talus, de la pente à un terrain, à la surface d'un mur. (Dict. XIXe et XXe s.). b) Dresser en talus. Le canal taluté de terres croulantes (ARNOUX, Rossignol napol., 1937, p. 173). [talyte], (il) talute [-lyt]. Att. ds Ac. dep. 1694. 1re attest. 1690 (FUR.); de talus, dés.-er; d'autres dér. de talus sont att.: taluer (1532, RABELAIS, Pantagruel, éd. V.-L. Saulnier, p. 83 — mil. XVIIIe s., RAYNAL ds LITTRÉ), talusser (XVIe s.-XVIIe s., v. HUG., LITTRÉ et DG), taluder (1691, OZANAM, Dict. math. d'apr. FEW t. 13, 1, p. 68 — 1785, Encyclop. méthod. Mécan. t. 4, p. 373), dont certains ont pu vivre localement, dans des parlers région. (v. FEW, loc. cit.).
BBG. — Archit. 1972, p. 166.

1. talus [taly] n. m.
ÉTYM. 1573; tallut, 1467; talu « étançon », 1156; p.-ê. du lat. talutium, de sens douteux, rattaché à un gaul. talo « front », ou (selon P. Guiraud) d'un lat. pop. talutus « qui a un talon », de talus.
1 Vx ou techn. Pente, inclinaison. || Donner du talus à un terrain. Taluter. || Former talus.En talus. || Les pylônes égyptiens aux angles en talus (→ Orgueilleux, cit. 9).Techn. || Couper, tailler en talus, en biseau, en sifflet, obliquement.
2 Terrain en pente très inclinée, aménagé par des travaux de terrassement. || Talus de déblai, qui borde une excavation (fossé, route, voie ferrée en contrebas…). || Talus de remblai, fait de terre rapportée et qui s'élève au-dessus du sol (route, voie ferrée, canal en surplomb…). || Les talus qui bordent un chemin (cit. 20), les côtés d'une route ( Cavalier [III., 1.]), d'une voie de chemin de fer (→ Remblai, cit. 1), d'un canal. Berge. || Chemin creux, enfoncé entre deux talus. || Talus herbeux, gazonné (→ 2. Courant, cit. 3), maçonné… || Clayonner, murailler un talus. || Talus de protection. Parapet. || Talus pour retenir l'eau. Chaussée. || Talus pour la culture. Ados. || Arasement des talus.Ouvrage de fortifications. || Talus intérieur. || Talus de banquettes. || Talus avancé. Glacis. || Talus supérieur d'un parapet. Plongée. || Large talus de terre (→ Ouvrage, cit. 8). || Soldats tués sur un talus de la redoute (→ Giberne, cit. 2).
0.1 Tant qu'il faisait très chaud, on ne marchait pas autant que possible en plein champ, mais on prenait les petits chemins bordés de haies qui les longent, surélevées de la hauteur de leur talus. Les haies, maintenant toutes vertes, ne brillaient plus des tendres couleurs des fleurs d'aubépines.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 301.
1 Je m'en allais par des sentiers humides, bordés, suivant le vieil usage, de hauts talus en terre qui muraient tristement la vue.
Loti, Mon frère Yves, XVII.
2 Il la tirait de toutes ses forces et la contraignit à quitter la route pour gravir le talus.
J. Green, Leviathan, I, XII.
3 Terrain à forte pente. || Le double talus d'un ravin (cit. 1).
Géogr. Terrain en pente modérée. || Escarpements et talus. || Talus d'éboulis.
Loc. Talus continental (ou pente continentale) : forte pente entre les fonds pélagiques et le plateau continental.
4 (1907, « relief d'une lettre »). Imprim., typogr. Espace, sur la « surface d'œil » d'un caractère, entre la partie supérieure de l'œil et le bord supérieur du caractère (talus de tête); entre la partie inférieure de l'œil et le bord inférieur du caractère (talus de pied); plus rare, entre les parties latérales (droite et gauche) de l'œil et les bords latéraux du caractère (talus d'approche, dits plus souvent approches).Flanc d'une partie en relief, en photogravure typographique (d'après J. Dreyfus et F. Richaudeau, la Chose imprimée, art. Talus).
DÉR. Taluter.
————————
2. talus [talys] adj. m.
ÉTYM. 1858; mot latin.
Pathol. || Pied talus : pied bot dont le seul point d'appui est le talon, le reste du pied remontant vers la jambe.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • talus — talus …   Dictionnaire des rimes

  • talus — 1. (ta lû) s. m. 1°   Synonyme de pente, qui s emploie dans le cas d une pente assez forte ; se dit spécialement de la surface inclinée d un terrain. •   L Arveiron, alors très petit, sort, en rampant, de dessous la glace, qui descend en talus… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • talus — TÁLUS, talusuri, s.n. (anat.) Călcâi, astragal. – Din lat. talus. Trimis de LauraGellner, 23.06.2004. Sursa: DEX 98  TÁLUS s. v. astragal. Trimis de siveco, 03.01.2008. Sursa: Sinonime  tálus (anat.) s. n …   Dicționar Român

  • Talus — may refer to:* Talus (fortification), a sloped portion of a fortified wall * Talus bone, the ankle bone, connecting the leg to the foot * Talus, a planet in the Star Wars universe * Talus, an electronic design automation tool by Magma Design… …   Wikipedia

  • Talus — Ta lus, n.; pl. {Tali}. [L., the ankle, the ankle bone.] 1. (Anat.) The astragalus. [1913 Webster] 2. (Surg.) A variety of clubfoot ({Talipes calcaneus}). See the Note under {Talipes}. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Talus — Ta lus, n. [F.] 1. (Fort.) A slope; the inclination of the face of a work. [1913 Webster] 2. (Geol.) A sloping heap of fragments of rock lying at the foot of a precipice. [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • Talus [1] — Talus (lat.), so v.w. Astragalus …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Talus [2] — Talus (fr., spr. Talüh), 1) Böschung, Abdachung; 2) (gewöhnlich falsch Talut), die schräge Lage der Fenster eines Mistbeets od. Glashauses, daher Talusmauern, Mauern, an od. auf welchen diese Fenster liegen; Taluswände, durch Terrassirung u.… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Talus [1] — Talus (lat.), Sprungbein, s. Fuß, S. 227 …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Talus [2] — Talus (franz., spr. lǖ), Böschung (s. d.) …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Talus — (frz., spr. lüh), Böschung; talutieren, abböschen …   Kleines Konversations-Lexikon

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”